FR - NL - DE - EN
animation-musee.jpg
...

Motrice 321

 

Motrice 321

Année de construction: 1934
Constructeurs: La Brugeoise, Nicaise et Delcuve
Longueur: 15,20 m
Largeur: 2,35 m
Tare: 21.000 Kg
Ecartement: 1,435 m
Empattement d'un bogie:
1,70 m
Entre axes des bogies: 7,15 m
Moteurs: 4 moteurs M.T.V. 215 - 4x62 CV
Nombre de places: assises : 33 - debout: 110
Freins: mécaniques à air Westinghouse, à patins
Portes: automatiques, pneumatiques
Année de déclassement: 1968

 

RAILWAYS ECONOMIQUES DE LIEGE-SERAING ET EXTENSIONS (R.E.L.S.E.)


Les vingt et une motrices de type "D", numérotées de 301 à 321 ont été baptisées par le public "voitures métro".

Avant de les faire rouler sur la ligne "Liège-Flémalle", certains aménagements de courbes furent nécessaires, particulièrement au rond-point Grétry, à Liège et à la courbe de l'Eglise, à Flémalle. Ce n'est qu'au printemps 1935 que ces motrices purent effectuer le parcours "Liège-Seraing Biens Communaux".

Elles étaient capables d'atteindre une vitesse d'environ 80 km/h, non autorisée. On souda donc un plot d'arrêt sur les controllers afin de réduire la course de la manivelle et de limiter la vitesse à 60 km/h. Cette vitesse n'était d'ailleurs possible qu'en quelques endroits tels que les lignes droites "pont de Commerce-Paradis", "Val Benoît-Petit-Bourgogne", "Sclessin Château-pont d'Ougrée" et la Campagne de Flémalle.

Sur un parc de vingt et un véhicules, dix-huit étaient régulièrement en service.

A l'origine, les motrices "D" étaient compartimentées pour accueillir deux classes de voyageurs : une demi-voiture était garnie de sièges de teinte bleue, l'autre moitié de sièges de teinte brune. Dans les faits, il n'y eut jamais qu'une seule classe.

A l'origine toujours, ces voitures étaient desservies par un wattman et deux percepteurs. A partir de 1958, en raison de la diminution du nombre de voyageurs, on transforma les vingt et une motrices, afin qu'elles puissent être desservies par un wattman et un percepteur, le premier était responsable de la porte avant, le second, responsable des deux autres.

Ces modifications ne se firent pas sans problème : les syndicats voulaient condamner la porte centrale. La Direction s'y refusa, car la descente par la seule porte avant aurait pris trop de temps. Finalement, après une grève de quelques jours, le conflit fut aplani et les percepteurs reçurent une gratification de 1 franc de l'heure pour rouler en "D" transformée.

L'exploitation par rail ayant totalement pris fin sur le réseau des anciens Tramways Liège-Seraing, le 30 avril 1968, la dernière motrice "D" rentra au dépôt de Jemeppe, venant de Seraing à 19h30.

Ce matériel aura donc roulé plus de trente-quatre ans.